Attention

En raison de la crise sanitaire, les bureaux de l'administration communale sont accessibles uniquement sur rendez-vous au 085/27 35 10

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Commune / Services Communaux / Environnement / Zéro Déchet / 7 astuces zéro déchet pour alléger sa poubelle au quotidien
Illustration de l'actualité - cliquer pour agrandir

7 astuces zéro déchet pour alléger sa poubelle au quotidien

Le zéro déchet, on s’y met !

(Source : Ecoconso)

Chaque Belge produit en moyenne 500 kilos de déchets par an. Et, malgré que l’on recycle beaucoup, ce chiffre n’a pas diminué en 20 ans ! Mais c’est sans compter le succès croissant du « zéro déchet » qui pourrait changer la donne.

Réduire sa poubelle à presque rien, c’est un sacré défi. Alors on cherche des conseils sur internet, on lit des livres sur le sujet, on demande des astuces aux amis. Et au final, on peut se sentir perdus : par quoi commencer ?

 

Pas de panique, on ne va pas tout révolutionner en un jour. On avance progressivement !
Voici les 7 grands principes du zéro déchet. On les décline au quotidien pour changer ses réflexes et alléger sa poubelle !

1. Acheter des produits réutilisables

2. Choisir des produits simples, solides, polyvalents, réparables

3. Éviter le gaspillage alimentaire

4. Acheter en vrac ou moins emballé

5. Louer et emprunter plutôt qu’acheter

6. Acheter en seconde main

7. Se désencombrer

 

La Belgique est un des pays européens où l’on recycle le plus : 57% des déchets ménagers y suivent une filière de recyclage. Tout va bien alors ? Pas vraiment : sur les 20 dernières années, la quantité de déchets ménagers produite par personne et par an n’a pas diminué en Belgique. On tourne toujours autour des 500 kilos.
 
Et puis si le recyclage est nécessaire, il a aussi ses limites. Et un déchet qui n’est pas produit, c’est un déchet qu’il ne faut pas incinérer ou recycler !
C’est là qu’intervient le zéro déchet, qui permet de diminuer réellement sa quantité de déchets.
 


1. Acheter des produits réutilisables

C’est souvent par-là que l’on commence. On traque les objets jetables de son quotidien et on les remplace par leur version zéro déchet, c’est-à-dire réutilisable ou lavable.
Quelques exemples et leurs alternatives :

  • Sacs jetables

Alternative : sacs réutilisables en plastique ou en tissu. On évite de collectionner les « tote bags » en tissu et on pense à utiliser les sacs que l’on a déjà.

  • Bouteilles d'eau

Alternative : une gourde remplie d'eau du robinet, bouteilles consignées.

  • Dosette de café

Alternative : une cafetière italienne, à piston… ou un bon vieux percolateur.

  • Stylos, bics, crayons

Alternative : stylo à cartouche, bic rechargeable, crayon en bois ou en résine.

  • Piles

Alternative : piles rechargeables et un chargeur qui accepte plusieurs types de piles.

  • Lingettes pour bébé

Alternative : un gant de toilette avec de l’eau savonneuse, tout simplement !

  • Langes

Alternative : des langes lavables. Ils n’ont plus rien à voir avec ceux de nos grands-mères ! Ils sont plus pratiques, plus efficaces et plus jolis.

  • Rasoir

Alternative : rasoir électrique ou rasoir à lames interchangeables.

  • Cotons démaquillants

Alternative : cotons lavables, que l’on peut acheter ou fabriquer soi-même dans de vieux essuies.

  • Cotons-tiges

Alternative : cure-oreille, oriculi… ou rien du tout.


2. Choisir des produits simples, solides, polyvalents, réparables

Une des meilleures manières de ne pas devoir jeter ou réparer c’est d’acheter des appareils et objets qui vont durer longtemps.

  • Préférer des appareils avec une longue garantie.

La garantie légale est de 2 ans. Mais certaines marques proposent des garanties de 3, 5, 10 ans… Ça donne une idée de la confiance que le fabricant a dans ses produits !

  • Vérifier la disponibilité des pièces détachées.

On peut faire un tour sur le site du fabricant pour voir si des pièces sont facilement disponibles.

  • Estimer soi-même la qualité d’un produit.

Semble-t-il solide quand on le prend en main ? Peut-il être facilement démonté si une réparation est nécessaire ? Utilise-t-il des consommables et accessoires standards ? La batterie est-elle remplaçable ?

  • Des produits simples et polyvalents

On préfère les produits simples, qui ne sont pas bardés de moteurs, de capteurs, voire connectés à un service en ligne. Quand on a le choix, on préfère aussi les produits sans piles ou sans batteries, souvent difficiles à changer
Enfin, un produit polyvalent fera avec un seul moteur ce que 4 ou 5 produits différents font avec chacun leur moteur, leur batterie, leur chargeur… On rationnalise !

  • Réparer avant d'acheter

Si on choisit des produits réparables c'est évidemment pour... les réparer. Un objet cassé ? Un appareil en panne ? Avant de le remplacer, on a le réflexe « réparation ».
On peut utiliser les nombreux tutoriels en ligne, aller chercher un coup de main dans un Repair Café ou se tourner vers un professionnel.

 

3. Éviter le gaspillage alimentaire

On jette entre 15 et 30 kilos de nourriture par personne et par an, environ.
On peut facilement réduire son gaspillage alimentaire avec quelques habitudes :

  • Établir les menus de la semaine
  • Faire une liste de courses
  • Faire ses courses sans avoir faim
  • Acheter des quantités adaptées à la consommation du ménage
  • Bien respecter la chaîne du froid
  • Faire un repas avec des restes

 

4. Acheter en vrac ou moins emballé

On jette 61 kilos d’emballages par an et par personne, en moyenne. Soit quand même 786 000 tonnes par an rien que pour la Belgique ! La collecte étendue du PMC (le « nouveau sac transparent ») devrait augmenter de 5 kilos les emballages collectés par an et par personne.
Ces emballages sont envoyés vers une filière de recyclage, certes. Mais un emballage à recycler aura toujours plus d’impact que pas d’emballage à recycler. Le meilleur déchet reste celui qui n’existe pas.

Pour réduire cette quantité de déchets, on peut :

  • Faire ses achats en vrac
  • Opter pour des grands conditionnements
  • Préférer des emballages simples et monomatériau (par exemple uniquement en carton, pour des savons solides par ex.) ainsi que fins et légers (pas une barquette rigide pour du jambon par ex.)
  • Choisir des emballages refermables (pas de canette)
  • Veiller à ce que l'emballage soit adapté à la taille du produit (pas rempli d'air)
  • etc

Ca tombe bien, le vrac a connu un grand essor les dernières années. On trouve aujourd'hui beaucoup de produits vendus sans emballages et ceci dans un nombre croissant de magasins.

 

5. Louer et emprunter plutôt qu’acheter

Et si on empruntait des objets à ses amis ou son voisin ? Pour une perceuse pneumatique dont on n’a pas souvent l’usage, pour une tonnelle de jardin et des tables « festives » qui ne servent que deux fois par an, pour une remorque, pour des vêtements de cérémonie…
On peut aussi louer ce que l'on n'utilise que de temps en temps. Aujourd’hui, tout se loue ou presque.
Louer permet d’utiliser un objet sans le posséder. On appelle cela l’économie de la fonctionnalité et c’est tout bénéfice :

  • On réduit ses dépenses, la location étant moins chère que l’achat.
  • On a accès à du matériel souvent de meilleure qualité, qu’on ne s’offrirait pas autrement (gamme d’outils pro, vêtements de cérémonie de grandes marques…).
  • C'est écologique (moins de matériel à produire, c’est moins de ressources utilisées, moins d’énergie consommée, moins de déchets produits, etc.).
  • On évite de s’encombrer d’objets qui ne servent que rarement.

 

6. Acheter en seconde main

Acheter en seconde main prolonge la durée de vie d’un objet. Et on économise les ressources (matière, énergie) liée à la fabrication d’un nouvel objet.

La seconde main c’est aussi moins cher. Par exemple, dans un magasin d'économie sociale, on peut facilement trouver en deuxième main un ordinateur portable de qualité professionnelle et garanti un an à 250 €, une table en bois à 30 € qui ne demande qu’un coup de peinture, un mixeur quasi neuf pour 12 €, un miroir de salle de bain encore « made in Belgium » pour 5 €...

Et bien sûr c’est bon pour le zéro déchet  !

 

7. Se désencombrer

Trier et ne garder que le nécessaire est aussi une manière de faire du zéro déchet. Quand on se désencombre, on donne la possibilité à des objets dont on ne se sert plus d’être utiles à d’autres personnes.
Et une fois qu'on a fait son grand nettoyage, on a souvent moins envie de se réencombrer de plein de choses. Donc on achète moins !